Magazine Aventure Chasse & Pêche

Été 2016
Volume 24 no 2

Le magazine Aventure Chasse et Pêche est conçu
expressément pour et par des passionnés qui désirent en savoir plus.


Article gratuit en version intégrale - Chasse
Article gratuit en version intégrale - Pêche

Pour consulter les deux articles gratuits en version intégrale,
vous devez avoir Adobe Acrobat Read d'installé sur votre système.
Visitez le site web d'Adobe afin de le télécharger gratuitement.





Section chasse |

Chroniques
Articles

Section pêche |

Chroniques
Articles

Éditorial
Un registre qui ne sauvera aucune vie

Par : André Veilleux


Le 27 décembre 2015, un adolescent de Saint-Constant a tristement fait parler de lui en poignardant son père avant d’être abattu par les policiers qu’il menaçait d’une arme blanche. Il souffrait de schizophrénie, une maladie mentale pouvant affecter gravement les pensées et les comportements de ceux comme lui qui en souffrent.

Moins de trois semaines plus tard, ce fut au tour d’un jeune homme de Granby d’être à l’origine d’un autre drame. Celui-ci s’en est pris à sa colocataire, la tuant à coups de couteau. Il s’avérait qu’il souffrait de psychose, une autre maladie mentale affectant gravement son contact avec la réalité en période de crise. Trois jours avant le meurtre, il était d’ailleurs si perturbé mentalement que les policiers avaient dû l’amener à l’hôpital. Il a toutefois été renvoyé chez lui 24 heures plus tard puisque la loi empêche de garder en psychiatrie un patient contre son gré, à moins que celui-ci ne constitue un danger immédiat [...]

Haut

Sauvagine
Doit-on chasser les dortoirs d'oiseaux?

Par : Sylvain Lessard


Depuis longtemps, les dortoirs d’oiseaux migrateurs, comme ceux des canards, oies et bernaches, suscitent une véritable fascination auprès des chasseurs. Fascination compréhensible de par la grande quantité d’oiseaux réunis au même endroit, rendant les possibilités de chasse excitantes et souvent payantes. Mais qu’en est-il vraiment? Est-ce que cette chasse est aussi payante qu’elle en a l’air? Utilisons-nous la meilleure des options lorsqu’on récolte quelques oiseaux en dortoir? Voilà plusieurs questions qui méritent réflexion. D’entrée de jeu, précisons que les oiseaux, lors de leur migration, se reposent la nuit, quelquefois en groupe de plusieurs centaines d’individus, habituellement sur l’eau et plus ou moins près d’un rivage. Cette concentration de migrateurs s’appelle un dortoir. Habituellement, les oiseaux le quittent très tôt le matin pour partir vers leurs lieux d’alimentation qui sont normalement un champ agricole, une batture ou un pâturage. À ce moment, cette concentration d’oiseaux à ces endroits devient, en langage de chasse, le « X » tant recherché des sauvaginiers [...]

Haut

QDMA Canada
Les mythes entourant les faons

Par : Luc Brodeur


La période de la fin mai et du début juin coïncide avec les premières naissances de faons. C’est un nouveau cycle qui recommence. J’ai peut-être un parti pris, mais rien n’est aussi beau à mon avis qu’un faon nouveau-né dans l’herbe fraîche du printemps. Cependant, peu de gens savent comment réagir lorsqu’ils trouvent un tel trésor. Regardons ce que nous devrions savoir sur la vie des faons.

D’abord, dans les 7 à 10 premiers jours de sa vie, le faon passe 95 % de son temps couché. Même couché, le faon a un rythme cardiaque très rapide qui tourne autour de 175 battements par minute. Lorsqu’il sent le danger, il va abaisser sa tête et descendre ses oreilles. Son rythme cardiaque va baisser à 60 battements par minute et sa respiration va ralentir et devenir plus profonde. Tout pour éviter le prédateur [...]

Haut

Trappage
Trois outils essentiels

Par : Serge Larivière


Pour chaque activité de plein air que l’on pratique, que ce soit la chasse, la pêche, le camping ou même la simple randonnée, il y a une multitude d’outils et de gadgets qui sont disponibles pour faciliter certains aspects de notre activité. Personnellement, il y a trois outils que je considère comme des incontournables, des outils que toute personne qui s’adonne au piégeage devrait posséder, autant pour des raisons de sécurité que d’efficacité.

Les pinces pour pièges en X
Les pièges en X modernes sont beaucoup plus forts que les vieux modèles et bien qu’il existe plusieurs façons de les ouvrir (avec les mains, avec une corde, avec un crochet en J), la méthode de loin la plus facile et la plus sécuritaire est avec une paire de pinces spécialisées pour cette fonction. Les pinces pour pièges en X, souvent appelées « pinces à Conibear », sont disponibles en plusieurs modèles, couleurs, poids et avec différents attributs. L’important, c’est que chaque paire permet de compresser facilement et sécuritairement les ressorts de n’importe quelle grosseur de piège en X. Sur le terrain, elles permettent de rouvrir les pièges après une capture, et ce, peu importe la position de celle-ci. Et si jamais vous deviez vous faire prendre accidentellement dans l’un de ces pièges, cet outil permet de vous déprendre même d’une seule main [...]

Haut

Gastronomie
Rôti d'ours braisé

Par : Cynthia Roy


Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que la viande d’ours a été le choix numéro 1 au test de dégustation à l’aveugle qu’on peut lire à la page 114 du présent magazine!!! Les dégustateurs l’ont majoritairement préférée à la venaison d’orignal, de cerf de Virginie et de caribou!

M’étant toujours refusée à cuisiner cette viande pour des raisons qui m’apparaissent, avec du recul, plutôt ridicules, je me devais maintenant d’être à la hauteur de vos attentes et de vous proposer une recette qui allait vous permettre d’apprêter la viande de cet animal que vous êtes de plus en plus nombreux à chasser. Mes amis, sortons de notre zone de confort, la chair de l’ours est savoureuse et d’une tendreté étonnante! [...]

Haut

Ébaluation arbalète
La Katana de Stryker

Par : Denis Lapointe


Une nouvelle saison de compétitions animalières s’amorce pour le circuit PRO-3D et le calendrier estival présenté ci-dessous s’annonce des plus intéressants. Comme c’est maintenant la tradition, des tournois homologués PRO-3D se tiendront aux quatre coins de la province de la fin avril au début septembre. Ces tournois permettront aux archers membres du circuit de rivaliser pour une place sur les équipes « Chasseur » et « Élite » PRO-3D. Le championnat extérieur PRO-3D organisé dans la belle région de Maniwaki par les Archers de la Haute-Gatineau aura lieu à la fin août. Plus d’une vingtaine de bourses « Excellence IBO » seront offertes dans les catégories « Chasseur » et « Élite ». Ces bourses visent à encourager l’excellence en tir animalier et à faciliter la participation de nos archers québécois au plus important événement dans le monde du tir à l’arc animalier, soit le championnat mondial IBO. En 2015, une vingtaine d’archers du circuit se sont prévalus de ce support financier et ont eu le plaisir de côtoyer l’élite mondiale du tir à l’arc animalier à Ellicottville dans l’État de New York. Au total, ce sont près d’une cinquantaine d’archers animaliers du Québec qui se sont fondus parmi les quelque 1800 participants à ce grand festival mondial du tir à l’arc. Par ailleurs, deux événements majeurs s’ajouteront cette année encore au calendrier régulier des compétitions PRO-3D [...]

Haut

Circuit Pro 3D : Plusieurs rendez-vous à ne pas manquer

Par : Daniel Goyette


La nouvelle arbalète que Stryker a dévoilée cette année est un véritable « spécimen » hybride! Dans le règne animal, le terme hybride désigne le croisement de deux espèces. La moulac, qui provient du croisement d’une truite mouchetée et d’un touladi, en est un exemple. Eh bien, l’arbalète Katana de Stryker est véritablement une nouvelle « race », issue d’un croisement de la ligne d’arbalètes Stryker et de celle d’Excalibur. J’ai eu l’opportunité d’analyser le résultat de ce mariage lors de l’évaluation de ce tout nouveau modèle.

C’est en janvier 2014 que Bowtech, le manufacturier des arbalètes Stryker, a révélé avoir fait l’acquisition du fabricant canadien Excalibur. Cette transaction a permis à Bowtech de s’adjoindre une expertise de plus de 30 ans en matière d’arbalète [...]

Haut

37 bucks munis de collier GPS changeront votre façon de chasser...

Par : Clint McCoy


Un projet de recherche unique a été mené sur les mouvements des mâles autour de sites d’appâts et de sites d’affût. Les résultats pourraient encourager de nombreux chasseurs à repenser leur stratégie dans leur choix d’un site d’affût, en tenant compte de la pression de chasse.

Entre l’observation occasionnelle des cerfs, les messages textes de mes compagnons de chasse et la vérification des derniers résultats du football collégial sur mon iPhone, mes pensées dérivaient pendant ces longues heures assis dans mon stand. Réfléchissant à mes chasses passées, en profitant de la quiétude d’une matinée fraîche, tout en remerciant notre créateur pour le chef-d’œuvre qu’il avait mis en place pour nous, j’attendais patiemment qu’un mâlepeu méfiant vienne errer à portée de mon arc. La plupart du temps, par contre, je me retrouvais comme beaucoup d’autres chasseurs le font, à m’interroger sur le comportement des chevreuils [...]

 

Haut

Ours : déjouez-les avec du popcorn!

Par : Patrick Toulouse


Qui dit chasse à l’ours à l’affût dit normalement appâtage en grande quantité. Mais souvent, les chasseurs manquent d’espace réfrigéré pour entreposer les appâts ou encore ceux-ci sont difficiles à trouver ou exigent des dépenses importantes pour se les procurer, ce qui fait en sorte que ces complications découragent parfois certains chasseurs. Claude Turcotte nous propose toutefois une solution originale, peu encombrante et pas très dispendieuse pour appâter les ours : le popcorn!

Claude Turcotte pratique le métier de guide pour la chasse à l’ours depuis plus de 30 ans. Ayant servi de guide à plusieurs endroits dans la province, il a pu se forger une solide réputation comme guide en raison de l’expérience et des connaissances acquises au cours de toutes ces années. À un point tel qu’il se spécialise maintenant dans la récolte d’ours trophées pour ses clients. De plus, ces chasseurs qu’il accueille depuis plus de 20 ans à la réserve faunique Mastigouche ont la garantie d’obtenir un tir sur un ours, sinon ils pourront revenir chasser gratuitement la saison suivante. Cet expert de la chasse à l’ours a gentiment accepté de nous dévoiler tout ce qui entoure sa technique d’appâtage au popcorn [...]

Haut

Entrevue avec Jim Shockey
Le chasseur le plus populaire au monde

Par : Claude Drouin et Caroline Bolduc


Jim Shockey est probablement l’un des chasseurs les plus populaires au monde, sinon le plus populaire. Saviez-vous que ce célèbre passionné, qui a chassé plus de 350 espèces animales dans 45 pays différents, est Canadien? On le connaît principalement en raison des émissions télévisées qu’il anime et on le reconnaît facilement à son chapeau de cowboy typique de l’Ouest canadien ou encore à son fidèle bandeau rouge. Jim Shockey détient de nombreux records, dont entre autres 88 records du monde SCI (Safari Club International) ainsi que le record mondial B&C dans la catégorie bœuf musqué. Il a été le premier à compléter un North American Super Slam ainsi qu’un Ultimate Slam avec une arme à chargement par la bouche. Votre magazine Aventure Chasse & Pêche l’a rencontré et lui a posé quelques questions [...]

Haut

THINK BIG???
Svp, pas pour votre lunette de visée!

Par : Pierre Morin


Mes nombreuses visites au champ de tir et dans les boutiques spécialisées, de même que mes rencontres avec des chasseurs en forêt, me font réaliser de plus en plus un changement de mentalité quant au pouvoir de grossissement des lunettes de visée qui équipent maintenant les carabines de chasse au gros gibier. Alors que les puissantes lunettes devraient être réservées pour le tir de grande précision ou pour la chasse à la vermine comme la marmotte, on retrouve de plus en plus de ces équipements sur des armes utilisées pour l’orignal, l’ours ou le chevreuil. Qu’est-ce qui explique ce phénomène et pourquoi devrait-on s’éloigner de cette tendance?

Au début des années 60, alors que l’utilisation des lunettes de visée gagnait de plus en plus de popularité, les choix étaient plutôt restreints. Ces « télescopes » étaient à puissance fixe et le 4x était le plus populaire. Cette puissance permettait une certaine polyvalence, quoique les utilisateurs souffraient d’un certain manque de champ de vision en milieu fermé. Pour les chasseurs de l’Ouest, le 6x avait lui aussi son lot d’adeptes à cause principalement des espaces plus ouverts et des tirs à plus longue distance [...]

Haut

Un exemple de courage

Par : Patrick Toulouse


Lorsque nous recevons une photo d’un chevreuil mature abattu par un chasseur, nous sommes toujours intéressés de connaître les tactiques qu’il a utilisées pour récolter un tel trophée afin de les partager avec nos lecteurs. Ceci est encore plus vrai lorsque la photo est celle d’un 12 pointes récolté par un chasseur en fauteuil roulant. Non seulement nous voulons savoir comment il l’a récolté, mais nous aimons également connaître l’histoire de l’homme qui a surmonté cette épreuve et qui est derrière cet exploit. Laissez-moi donc vous raconter l’histoire de Sylvain Léger, maintenant âgé de 44 ans et qui est paraplégique depuis 22 ans.

C’est en 1993, lors d’une promenade en VTT avec son frère Pierre et deux amis, que Sylvain a eu cet accident tragique. Il a alors été éjecté du véhicule qui a fait plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser. Quand il a essayé de se relever après sa chute, ses jambes ne voulaient plus bouger et c’est à ce moment qu’il a su que ça augurait mal. Il a touché à ses jambes et constaté qu’elles étaient engourdies. Il s’est ensuite glissé la main dans le dos pour constater qu’il s’était fracturé la colonne vertébrale juste en bas des côtes (la vertèbre D12). Conséquence : il s’est retrouvé paraplégique. À cette époque, comme il travaillait dans le domaine de la construction en tant que cimentier-applicateur, il a donc été dans l’incapacité de reprendre son emploi. Sa vie a basculé [...]

Haut

Île d'Anticosti : démantèlement de premiers exclos

Par : Gaétan Laprise


Cela fait maintenant 15 ans que des exclos ont fait leur apparition dans le paysage de l’île d’Anticosti. Depuis deux ans, certains exclos ont commencé à être démantelés pour permettre aux chevreuils d’avoir accès à la précieuse repousse de sapin, préservée du broutage, et ce, grâce aux clôtures. Dans un premier temps, voici un bref historique de cette approche unique au monde. Par la suite, nous parlerons des résultats observés après 15 ans.

Lors de la reprise des activités d’aménagement forestier à l’île d’Anticosti en 1995, les ministères alors responsables de la faune et des forêts ont cherché à utiliser cette activité industrielle pour améliorer à moyen et à long terme l’habitat du chevreuil d’Anticosti. Les coupes de grande surface pour éloigner les animaux, les coupes par bandes et les coupes avec îlots semenciers n’ont pu permettre d’atteindre le but recherché. Les chevreuils continuaient de contrôler complètement la repousse des sapins, pourtant essentiels à leur survie hivernale [...]

Haut

Orignal : 3 stratégies d'équipe

Par : Michel Therrien


Une excursion de chasse à l’orignal est une affaire de groupe, mais lorsque la chasse proprement dite commence, chacun part généralement de son côté. Un pourcentage important de chasseurs traque le Roi de nos forêts en solitaire sans savoir que dans certains scénarios, ils pourraient profiter efficacement de la présence d’un partenaire à leurs côtés. Voici trois stratégies ponctuées de succès qui peuvent être pratiquées à deux ou même trois chasseurs.

De façon générale, les chasseurs québécois traquent ou attendent l’orignal en solitaire. Ils ont une cache, une saline et ils aménagent leurs propres sentiers. Le soir venu, ils partagent les informations en lien avec le déroulement de leur journée et souvent ils se rendent compte que les orignaux se trouvent dans un secteur précis du territoire non loin d’une cache appartenant à un membre du groupe. Comme ils suivent une routine de chasse préétablie, les membres du groupe souhaitent que la chance favorise le chasseur qui possède la cache la plus rapprochée de l’endroit marquant la présence des orignaux. Peu de chasseurs pensent à se mobiliser et à diriger leurs efforts à cet endroit spécifique. Puis le temps passe et le chasseur occupant la cache en question répète le soir venu que les activités d’orignaux se poursuivent tout autour de lui, mais personne ne veut déranger le secteur de crainte d’apeurer les orignaux, si bien qu’aucun plan de chasse n’est orchestré [...]

Haut

Récoltez plus de dindons grâce à la technique du sacrificet

Par : Denis Lapointe


Ah, ces chers dindons! Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, lorsque je décroche une réponse de gobbler, mon niveau d’excitation monte en flèche. Tous les espoirs sont alors permis! Mais ce n’est pas parce qu’un dindon nous répond qu’il viendra passer sur nos bottes! Voici ma stratégie, d’une efficacité redoutable, lorsqu’un gobbler nous répond, mais se montre récalcitrant à avancer à portée de tir : la technique du sacrifice.

Si mon souvenir est bon, la première fois où j’ai expérimenté cette technique avec succès remonte à 2002. C’était lors d’un séjour en Pennsylvanie. À cette époque, j’effectuais un voyage chaque printemps dans cet État américain pour y chasser le wild turkey, alors pratiquement inconnu des chasseurs québécois. On me traitait pratiquement de fou… Faire un tel voyage pour espérer récolter une simple « dinde »! [...]

Haut

Test de dégustation à l'aveugle
L'ours l'emporte sur l'orignal, le chevreuil et le caribou!

Par : Caroline Bolduc


Pour bien des chasseurs, ramener de la viande à la maison constitue l’une des principales raisons de pratiquer la chasse. Vous faites d’ailleurs peut-être partie de ce nombre. Toutefois, vous êtes-vous déjà demandé quelle venaison était la meilleure au goût, parmi l’orignal, le chevreuil, l’ours et le caribou? Votre magazine Aventure Chasse & Pêche a procédé à un test fort révélateur auprès de 41 personnes afin de vérifier leur préférence entre ces quatre grands gibiers québécois. Et surprise, l’une des quatre viandes s’est nettement démarquée…

Précaution incontournable : pour s’assurer que les idées préconçues des gens n’influençaient pas leurs réponses, le test de dégustation a été réalisé à l’aveugle. Nos 41 dégustateurs ont donc goûté les quatre viandes sans savoir laquelle était laquelle. Nous leur remettions quatre gobelets, simplement identifiés des chiffres 1, 2, 3 et 4, contenant chacun soit de la venaison d’orignal, de chevreuil, d’ours ou de caribou [...]

Haut

Pêche à la mouche
Le bas de ligne : maître de la finition

Par : Karl Béliveau


On me pose souvent des questions à propos des bas de ligne. Quelle longueur ou quelle grosseur doit-on utiliser? Quel type de fil doit-on préconiser? Ou encore, quel est le meilleur nœud pour en concevoir un? Voilà autant de questions pertinentes qui font l’objet de cette présente chronique.

Un bas de ligne équilibré est primordial pour effectuer des lancers précis sans fracas. Dans une motion parfaite, la mouche se pose le plus loin possible du bout de la soie en allongeant le bas de ligne sur toute sa longueur. Il faut comprendre que cette dernière section de fil transfère les toutes dernières parcelles d’énergie du lancer vers la mouche. On doit donc respecter certains paramètres pour faire de beaux lancers productifs. En somme, on doit utiliser des bas de ligne de petit diamètre avec de petites mouches. Au contraire, les bas de ligne résistants et plus gros sont de mises pour les mouches corpulentes [...]

Haut

Achigan : quelle grosseur d'écrevisse préfère-t-il?

Par : Pascal Blais


Au Québec, on dénombre pas moins de huit espèces d’écrevisses. On les retrouve dans divers types de plans d’eau comme les ruisseaux, les rivières, les lacs et même le fleuve Saint-Laurent. Ce crustacé adore évoluer sur des fonds rocheux, c’est bien connu. Cependant, peu de pêcheurs savent que l’on peut recenser des écrevisses sur pratiquement tous les types de fonds de nos plans d’eau y compris les fonds sablonneux et boueux.

L’écrevisse fait partie du régime alimentaire des achigans. Dans certains plans d’eau, ce petit crustacé peut même représenter plus de 80 % du régime alimentaire des achigans. Inutile de vous dire que le pêcheur doit mettre à profit les imitations d’écrevisse pour séduire ce poisson de la famille des centrarchidés. Ce que les pêcheurs savent moins, c’est la grosseur des écrevisses que l’achigan préfère manger. Une étude réalisée par des chercheurs de l’université du Wisconsin aux États-Unis révèle que les achigans à petite bouche préfèrent de beaucoup les petites écrevisses à celles de plus gros formats. Cette préférence est due au fait que le système digestif de l’achigan prend moins de temps à bénéficier des protéines des petits sujets que de celles des gros. Aussi, les écrevisses de petit format sont moins difficiles à mâcher étant donné leurs carapaces moins epaisses et moins rigides [...]

Haut

8 faits intéressants sur S.O.S braconnage

Par : Caroline Bolduc


Qui ne connaît pas S.O.S. Braconnage? Tout le monde connaît ce service mis à notre disposition afin de dénoncer tout acte de braconnage ou tout geste allant à l’encontre de la faune ou de ses habitats! Mais que sait-on vraiment à propos de ce service? Voici plusieurs faits et chiffres fort instructifs concernant les activités de S.O.S. Braconnage

En moyenne, chaque année, S.O.S. Braconnage reçoit quelques 4000 signalements provenant de gens qui ont été témoins ou qui souhaitent dénoncer des actes de braconnage [...]


Haut

Indice pour savoir si votre lac contient du doré ou de la grise

Par : Pascal Blais


Lors d’un périple dans le Nord, il arrive qu’on ne connaisse pas les espèces de poissons qui évoluent dans les eaux pêchées. Voici un texte qui pourrait vous aider…

Suite à de nombreuses recherches sur différents lacs de l’Ontario, des biologistes se sont aperçus qu’il existait une certaine corrélation entre la clarté de l’eau et la présence de doré. En effet, les chercheurs ont remarqué que les lacs turbides, où le disque de Secchi disparaît sous à peine 2 mètres, sont plus enclins à contenir du doré que tous les autres lacs. Sans doute qu’un lac qui possède une turbidité de ce genre laisse pénétrer assez de lumière pour que le doré chasse de manière optimale [...]

Haut

Destination gratuite
Mesgouez : un lac rempli de beaux dorés

Par : Pascal Blais


Dans cet article, je vous propose un reportage hors-norme où la seule dépense est le déplacement. En effet, nous avons eu comme idée d’aller pêcher en territoire libre dans le secteur de la Baie-James. Nous nous sommes lancés sur la route du Nord avec une roulotte, deux embarcations et notre matériel de pêche dans le but de vous faire découvrir un petit bijou pour presque rien. En prime, nous vous dévoilons plusieurs points GPS remplis de poissons et les leurres qui nous ont porté fruit.

À bien y penser, cette idée de reportage en territoire libre aurait vraiment pu se terminer autrement qu’en succès. Nous avions pourtant préparé du matériel pour pallier 1000 imprévus. Partir à l’aventure sur un lac inconnu nous a compliqué les choses. Imaginez, à quelques kilomètres de notre lac qualifié de plan A, nous avons été obligés de changer de destination. La petite route de bois que nous devions emprunter pour nous rendre à ce lac (elle paraissait carrossable sur la carte) avait plutôt l’allure d’un large sentier de VTT où une camionnette avait peine à circuler. Comme notre campement, une roulotte à sellette de 32 pieds, devait y passer, l’idée de s’aventurer sur un chemin aussi accidenté et refermé par les branches était quelque peu désaxée. Nous n’avons eu d’autres choix que de nous rabattre sur notre plan B : le lac Mesgouez. Admettons que pour un plan B, nous avons très bien choisi [...]

 

Haut

Technique à la mouche : doublez vos chances

Par : Christophe Leduc


Par leur décor enchanteur et le grand nombre de truites affamées qu’elles abritent, les petites rivières sont des terrains de jeu bien agréables pour la pêche d’été. Surtout pour ceux qui aiment la pêche à la mouche sèche. Mais comme les truites s’alimentent à 90 % sous la surface, les résultats à la sèche sont donc irréguliers. Si les techniques de pêche à la nymphe ont fait leurs preuves, elles sont parfois un peu ennuyeuses. Alliant l’efficacité de la pêche à la nymphe et le plaisir de la pêche à la mouche sèche, la technique du tandem sèche et nymphe est une solution idéale pour les petits cours d’eau. C’est une technique étonnement productive, dynamique et vraiment plaisante.

La technique que je m’apprête à vous présenter s’apparente à la pêche à la nymphe avec un indicateur de touche. Pour ceux qui ne le savent pas, l’indicateur est un gros pompon fluorescent qui s’attache sur le bas de ligne plusieurs pouces devant la nymphe. Cet ajout a la propriété de flotter sur l’eau. Les pêcheurs ajoutent un indicateur principalement pour les aider à détecter les morsures des poissons. En effet, lorsque l’indicateur coule sous la surface, c’est le signe qu’un poisson vient de saisir la nymphe sous l’eau. Bref, il s’agit ni plus ni moins d’un flotteur, mais adapté au besoin du moucheur [...]

Haut

Plus de dorés qu'il y a 20 ans

Par : Pascal Blais avec la collaboration du MFFP


On entend trop peu parler des nouvelles réjouissantes dans l’univers de la chasse et de la pêche. Or, voilà qu’avec l’arrivée du nouveau plan de gestion du doré, on apprend qu’il y a généralement plus de dorés jaunes dans les plans d’eau du Québec, et qu’ils sont plus gros.

Le portrait de la pêche au doré a changé de façon importante en 2011 avec l’implantation du premier plan de gestion des dorés jaunes et noirs au Québec. La réglementation régissant l’exploitation du doré s’en est trouvée fortement modifiée par la mise en place de limites de taille dans l’ensemble des zones de pêche du Québec où le doré est présent. Les constats biologiques ayant conduit à la mise en œuvre du plan de gestion indiquaient que 30 % des lacs du sud de la province étaient considérés comme étant en surexploitation et que la masse moyenne des dorés avait diminué de 30 % en 20 ans. La situation au fleuve Saint-Laurent n’était pas plus réjouissante, puisque le doré jaune était considéré « à risque » ou « en déclin » dans la majorité des secteurs inventoriés. À l’opposé, les stocks de dorés noirs du Saint-Laurent étaient alors évalués comme étant « en santé » dans tous les secteurs où l’espèce est présente. Une attention particulière a donc été portée au doré jaune qui montrait les signes les plus inquiétants [...]

Haut

Brochet : comment l'inciter à attaquer votre leurre

Par : Pascal Blais


La pêche au brochet peut parfois être très frustrante. On peut voir d’immenses poissons suivre notre leurre sans qu’ils l’attaquent. Comment changer l’attitude de ces gros prédateurs qui ont pourtant la réputation d’être voraces? Voilà ce que je vous propose : un guide étape par étape pour faire débloquer la mâchoire de vos brochets-suiveurs.

Mi-juillet 2015, ej me situais sur un lac de la région de la Baie-James pour pêcher le doré et le brochet. Grâce à une carte, un secteur près duquel une rivière se jetait dans le lac principal avait retenu mon attention. Ce genre de structure est habituellement très prisé par les brochets. Une fois sur les lieux, la structure était splendide. Elle sentait le brochet à plein nez! Debout dans l’embarcation, j’ai effectué mes lancers avec un poisson-nageur pour quadriller ce lieu à haut potentiel. Grâce à mes lunettes polarisées, j’ai tenté de déceler un brochet qui se cachait ou encore qui suivait mon leurre. Soudain, un spécimen très gros format a surgi derrière mon offrande. C’était le genre de brochet qu’on espère à chaque voyage, mais qui ne se manifeste que trop rarement. Je ne voulais pas le rater, mais je sentais le poisson hésitant. Il suivait mon leurre depuis déjà quelques pieds sans l’attaquer… Pas de panique, me suis-je dit, même s’il se situait maintenant à moins de 8 pieds de l’embarcation. Même s’il était très près de moi, il semblait encore obsédé par le leurre. C’était une bonne nouvelle. Voilà que j’ai enclenché la première phase d’une série de manoeuvres qui visaient à débloquer le brochet. Bang! [...]

Haut

Comment c'est fait : les cuillères Cami

Par : Pascal Blais


Il est toujours intéressant de découvrir comment sont conçus les différents équipements qui nous permettent de pêcher et de prendre du poisson. Bien que sa conception paraisse simpliste, une cuillère ondulante demeure bien plus qu’une pièce de métal plié…

La compagnie Cami a vu ses premiers jours dans un garage de Saint-Alexis-des-Monts en 1995. À l’époque, les fondateurs Carole et Michel ont réuni la première syllabe de leurs prénoms pour baptiser leur entreprise (Cami). Ces deux entrepreneurs ont conduit la compagnie jusqu’en 2013, où ils ont décidé de la vendre. Le nouveau propriétaire, Jean-François Marchand, qui est d’ailleurs toujours à la tête de Cami, a rapatrié la petite PME à Boucherville. Les cuillères sont maintenant produites dans un atelier du parc industriel par le propriétaire et son père Serge ainsi que par d’autres membres de sa famille. Depuis que Jean-François s’est porté acquéreur de Cami, il a amélioré quelques équipements et méthodes de fabrication, mais surtout il a fait grandir la compagnie [...]

Haut

L'influence de la lune sur les grosses mouchetées

Par : Pascal Blais


Le timing est une notion souvent associée au succès dans les sports. Au hockey, une fraction de seconde de retard de la part d’un joueur peut changer littéralement l’allure d’une partie. À la pêche, le timing est également un facteur lié au succès. Dans ce cas-ci, on fait plutôt référence à des périodes d’activité lors d’une même journée, à des phases de la lune ou encore à des mois de l’année. Dans cet article, je vous propose de timer votre prochain voyage de pêche selon certains facteurs pour ainsi augmenter le poids des truites mouchetées capturées.

Réussir à déterminer le meilleur timing pour prendre de grosses truites mouchetées ne se fait pas en analysant les résultats de quelques journées de pêche provenant d’un ou deux pêcheurs assidus. Pour effectuer ce genre d’exercice, on doit avoir accès à une base de données étendue et fiable sur la pêche sportive à l’omble de fontaine. En ce sens, des informations telles que le poids, la date et le nombre de mouchetées capturées se devaient d’être fidèlement compilées. Et je ne veux pas non plus que ces informations proviennent d’un seul plan d’eau. On le sait, chaque lac possède des caractéristiques uniques qui diffèrent souvent les unes des autres [...]

 

Haut

Poisson : 5 recettes délectables et faciles

Par : Auteurs divers


On peut facilement tomber dans la monotonie et la répétition lorsque vient le temps de faire cuire les prises qu’on a pêchées. Surtout quand on est davantage un pêcheur qu’un cuisinier dans l’âme. Voilà que le magazine Aventure Chasse & Pêche a pensé vous faire découvrir des recettes simples et savoureuses. Et attention, la préparation d’une de ces recettes pourrait vous mériter le titre de cuisinier lors de vos prochains voyages. C’est à vos risques!

En plus de plaire à ceux et celles qui ont de la difficulté à cuisiner, les prochaines recettes peuvent dans la majorité des cas être réalisées ou réchauffées lors d’un shore lunch, directement sur la rive d’un lac. Pas trop de taponnage et de perte de temps pour être agréablement rassasié et pouvoir rapidement retourner pêcher. Voilà qui est doublement attrayant pour les pêcheurs. Sans plus tarder, laissons la plume à nos collaborateurs. Préparez-vous à saliver!

Haut

 

 
Haut de la page
 
Retour à la page d'accueil